• Chapitre 7

    Cette nuit là,Pépin eut du mal a dormir,elle n'arrêtait pas de penser a l'étrange chatte de son rêve.Avait-elle résont?Etait-il tout les trois spécials?Pourquoi a t-elle dit que nous étions lier au début et a la fin?Et si elle avait raison?Que devons nou faire?
    Mille question,la tourmentait.Et le pire,c'est qu'il n'avait aucune réponse.
    Pépin décida de sortir.
    Zut!La porte est fermé.
    Alors qu'elle allait retourner dans son pagner,elle remarqua qu'elle entendait très bien ce qui se passait dehors:
    Pourtant...Ma maîtresse a du laisser une fenêtre ouverte.
    Pépin suivit les son et se retrouva devant la fenêtrede la cuisine.Effectivement,celle ci était entre ouverte.Mais l'ouverture était bien trop petit pour que pépin puisse y passer.
    Elle descendit du rebord de la cuicine et fit demi tour.
    Soudain elle se retourna et fonça vers la fenêtre.Elle sauta avec puissance sur le rebord de la cuisine,avant de courire et de donner un puissant coup d'épaule dans le fenêtre:
    AÏ!
    La fenêtre n'avait pas broncher.
    La petite chatte noir se lécha l'épaule pendant quelques instants.Puis elle regarda la d'un aire mauvais,et remarqua un petit levier.Elle s'approcha du petit levier et appuya de toute ses forces.Lorsque le levier s'abaissa la fenêtre s'ouvrit en grand et la jeune femelle bascula de l'autre côté et atterit sur ses pattes,le souffle cour,le coeur battant.
    Pépin reprit son souffle,puis se dirigea vers la partie non couvert pat les arbre,du jardin.Les étoiles brillaient de mille feu.Pépin n'avait jamais vraiment regarder les étoiles.Elle était souvent rester le truffe coller a la terre ferme,a rechercher des proies.Elle comprit a se moment là qu'elle avait eut tort:
    -Aider nous,murmura-t-elle.Montrer nous le chemin,grâce a vos lumière...
    Pépin crue pendant quelques instants.Voir la chatte rousse:
    -Tu saura faire les bon choix,pour ceux qui t'attendent.Ils ont confiance en toi,mais toi aussi,tu dois avoir confiance.Tes pas t'amèneront vers l'avant.Les étoile t'accompagne.Mais pour cela,il faut que tu voyes au delà de ta truffe,au delà de cette forêt...
    Pépin respira profondément.La confiance.Elle devait avoir confiance.
    Si je quitte cette forêt,comme elle me l'a indiqué,que se passera-t-il?
    Elle eut soudain un frisson.
    Les étoiles m'accompagnent,se rassura-t-elle.Nous allons devoir partir,tout quitter.Pour un nouveau départ.


    Le lendemain matin,Pépin retrouva Sauge et Ouest accompagne de Genny.
    Les deux mâles  les saluèrent.Elles leur répondirent en remuant l'oreille.
    Tandis que la chatte brune aller se placer a côté de Sauge,Pépin décida de leur parler de l'étrange chatte.
    -Vous savez l'autre jour,commença-t-elle.Lorsque nous cherchions quelque chose qui pourrait nous aidez,et bien a un moment j'étais désespérer,je me suis approcher du grand chêne et j'ai poser une patte dessus.Alors,une file d'image est passer devant mes yeux puis je me suis retrouver dans un endroit où tout était blanc.Une chatte rousse est alors apparut.Elle m'a dit que nous étions lier au début et à la fin.Ell a dit que nous devions voir plus loin que cette forêt et allez les sauver.Puis elle a murmurer avante de disparaître:Pour sauver le futur il faudra connaître le passé.
    -Je sais que tu veux connaître la vérité,miaula Ouest.Mais si c'était un piège?Je pense que nous ne pouvons pas risquez ça.
    -Non,elle veut nous aider.Elle me l'a dit,elle m'a dit que les étoiles nous accompagner,que nous devions partir.
    -Attendez,fit Genny.C'est peut-être vrai,mais c'est peut-être dangereux.Quoi qu'il en sois,je n'ai fait aucun rêve étrange,moi.Tous ça ne me concerne pas,si vous partez,je ne viendrez pas,je ne serai qu'un poid de toute façon.
    Un voile blanc passa devant les yeux de Sauge.
    Seule Ouest eut la force de parler:
    -Très bien Genny,si t-elle est ton souhait...Mais si tu change d'avis tu seras toujours la bienvenus.Je pense toujours que c'est toujours une mauvaise idée de partir,mais si cette chatte te l'a dit,nous n'avons plus d'autre choix.Alors nous partons?C'est d'accord?
    Pépin avait les larmes au yeux.Ellevoulait que Genny viennent,elle n'avait jamais rien fait sens elle.C'est grâce a elle qu'elle était si heureuse de vivre ici.
    -Nous partons,confirma Sauge le bord des yeux mouillé.
    -Quand?reprit Pépin.
    -Demain,décida Ouest.


    Après avoir chasser toute l'après midi,Sauge était très fatigué.Chacun rentré chez lui.
    Il leva la tête et vit Genny,Genny et sa magnifique robe brune.
    -Adieu,murmura-t-il.
    Les larmes lui montèrent au yeux:
    Non!Je ne peux pas la laisser partir comme ça!
    Il puisa dans ses derniers forces pour la ratrapper.Il filer a toute alure entre les arbres.
    -Genny!cria-t-il.
    La chatte brune se retourna.
    Il faillit la renverser.
    -Sauge,s'exclama-t-elle.
    -Genny,reprit-il essouflé.Genny,je voulais,je voulais te dire que...
    La chatte brune s'approcha.Elle était tout près,il sentait son souffle sur sa peau.Elle plaqua son museau contre le sien.
    -Moi aussi,tu vas me maquer,murmura-t-elle.
    -Je t'aime,chuchota-t-il.
    -Moi aussi.
    Soudain,il se sentit tomber.Il se rendit compte qu'il était soudain a terre.Il leva la tête.
    Genny le regarder de haut,d'un aire supérieur.
    Il se releva d'un bon et lui sauta dessus.Grâce a tout son agilité,elle roula sur le côté.Il se lança a sa poursuite.
    Sauge voyait seulment le bout de la queue de Genny,elle filait comme l'éclair,on voyait a peine sa fourure brune et ses pattes frôlait le sol.
    Genny accéléra et le mâle gris tigré la perdue de vue.Il se retrouva sur un tapis de mousse,entourer de ronces.Il regarda autour de lui,se préparant a voir Genny jaillir en lui fonçant dessus. 
     Il entendit un bruissement de feuille au dessus de lui.
    -C'est bon Genny,je sais que tu es là haut.
    Soudain,Genny jaillit comme un éclaire et le plaqua au sol.
    -Je t'ai eut,fanfaronna-t-elle.Trop facile!
    -Ha oui?
    Il rassembla toute ses force et la fit basculer sur le côté.
    Le mâle tigré se retrouva a son tour au dessus d'elle.
    Un silence s'abattit soudain sur eux
    -Je ne veux pas que tu partes,reprit Genny d'un ton doux.
    Les larmes lui remontèrent.
    Genny tira de toutes ses forces pour dégager une de ses pattes.Elle la pressa sur la joue de Sauge:
    -Ne pleure pas.
    Le matou gris recula pour la laisser se relever.Elle vint se frottait contre lui.
    Sauge lui lécha la joue,et elle ronronna:
    -Il est tant qu'on rentre.Demain est un grand jour,il faut que tu sois en forme.Merci pour aujourd'hui.C'était super.
    Ceci dit,elle lui tourna le dos et s'en alla.


    Ce matin là,Sauge se sentait plus mal que jamais.Il allait tout quitté.Il allait quitter sa maison,cette forêt,son maître,son lit douillet...Genny.Et il allait quitter Genny.
    L'image de la chatte brune lui passer sans arrêt devant les yeux.Des centaine ou même des milliers de fois il avait tenté de faire demi tour.Mais il se ravisait.Peut-être quelque chose de bien les attendait là bas.
    Ou un destin douloureux.
    Le mal gris tigré trainer les pattes et sentait son coeur lourd.
    Jamais il ne c'était sentit aussi heureux que le soir d'avant,avec Genny,courant sur la mousse,la brise fraîche du soir lui frôlant le pelage.La douce fourure de Genny contre la sienne...
    Si seulement les choses était si simple.Si seulement tout ce passait comme il le voulait.
    Il voulait que tout redevienne comme avant.
    Tout avait basculer du jour au lendemain.
    Un jour il était le matou grognon qui chassait et se promenait dans la forêt,celui qui faisait sa routine.Et le jour d'après,c'était un mâle amoureux qui s'attachait de plus en plus a ses amis et a celle dont-il voulait qu'elle sois sa partenaire.
    Il arriva a la grange,les deux autres était déjà là,et a sa grande surprise,Genny était là ses yeux s'illuminèrent:
    -Finalement tu viens avec nous Genny?
    -Non,mais je voulais vous dire au revoir,répondit-t-elle d'un ton doux et calme.
    Déssu,ses yeux s'assombrir légèrement car il était quand même heureux de pouvoir la revoir,et sentir son odeur,pour la dernière fois.
    -Je vous propose de manger un peu avant de partir,lança Ouest.Toi aussi,Genny.
    Sauge fit un signe de tête pour remercier Ouest,puis alla prendre un mulot,dans les proies qu'ils avaient chasser le lendemain,avant de s'installer a côté de Genny.
    Pépin aussi était triste,elle aurait voulut que son amie l'accompagne pour leur aventure.Elle pressa sa joue contre celle de Genny:
    -J'aurais aimé aue tu viennes.Sa sera étrange pour moi que tu ne sois pas là.J'ai l'habitude que tu m'accompagne dans mes aventures.
    -Ma place est ici,répondit-elle.Mais je suis ton amie et je serai toujours là.
    -Promi?
    -Promi.Mais il faudra que tu fasses attention,car je ne serai plus la pour te rattraper lorsque tu tomberas des arbres,miaula Genny en donnant un petit coup de tête a la chatte noir.
    Elles rigolèrent pendant quelques instants.

    Lorsqu'ils eurent terminer de manger,Ouest déclara:
    -Il faut qu'on y aille.
    Sauge se leva et sortit de la Grange.
    Si seulement...Si seulement les chose pouvait être plus simple...Les choses...Des choses...En fait...C'était seulement la vie,la vie et le doute,la vie et l'envie,la vie et la joie,tout comme le bonheur,l'espérance,la jalousie,l'attachement,l'amour ou même la haine et la crainte.Et plus que tout,L'Incertitude.
    Oui,c'était ça,ce qui le rongeait le plus...L'incertitude.L'incertitude est partout.Au coeur de l'aventure il y avait l'incertitude,même que ce sois au fond d'une joie ou d'une haine,il y avait l'incertitude,et,elle était particulièrement...au creux du destin!
    Toujours les même douleurs,les même joie,les même peine,les même ressentits,et toujours le même mot:L'Incertitude.

    Ils se tournèrent tout les quatre,faces a faces.Un long silence s'abbatue sur eux,un silence de peine,de doute,et d'incetitude.
    -Au revoir Genny,eut soudain la force de dire Pépin en plaquant son museau contre le sien.Tu vas me manquer.
    -Prends soin de toi,répondit Genny.Tu seras toujours mon amie,quoi que tu fasses.
    -Oui,et a chaque étape,on seras là l'une pour l'autre.
    -Nous construirons notre avenir ensemble,même éloigner,car le monde ne sera jamais asser grand.
    Sauge retenait des larmes.Il trouvait que les deux chattes avaient une âme forte.Elles avaient grandit ensemble,tout partager,les joies,les doutes,les peines,les défaites,les rires,et avaient combatues ensembles,l'incertitude du destin.
    Elles se frottaient l'une contre l'autre,partager ce dernière instant.Un instant plein d'affection,d'attention,d'amour,d'amitié,de joie,et pour une fois,sans incertitude.Car les deux jeunes chattes étaient certe,pleine de doute et d'incertitude,mais m'était tout ça de côté pour soutenir celle qui était près d'elle pour toujours,leur amie.Pour profiter.Profiter de chaque instant,car l'incertitude du destin fait qu'on ne sait jamais ce qui va arriver.
    Sauge comprenait désormais pourquoi la chatte rousse disait que Pépin était spécial.Elle savait qu'elle veut.Elle veut apporter le bien autour d'elle elle voulait aimer.Sans rien en retour.Mais,elle n'était pas spécial,elle avait seulement choisis,la personne qu'elle voulait être.



    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :