• Chapitre 1

    Pépin dormait paisiblement dans son panier, son pelage noir brillant au soleil.
    La petite chatte noir remua les moustaches avant d'ouvrir les yeux. Elle se réveillait, comme tous les matins, dans le salon de la maison ,éclairé par le doux soleil du printemps.
    Elle se leva les pattes encores endolories.
    Elle  commença à faire sa toilette en se léchant la patte avant de la passer derrière son oreille. Soudain, du bruit attira l'attention de la chatte noire. Elle tendit les oreilles. Sa maîtresse était réveillée. D'un pas encore lourd et les yeux mi clos, lorsque sa maîtresse émergea dans le salon, elle la fixa de ses profonds yeux bleus avant d'aller se frotter contre ses jambes, et, quand elle la caressa, elle ronronna de bonheur.
    "Ca fait du bien !" pensa-t-elle. "Qu'elle est gentille...''
    Elle avait bien dormi. Elle observa à travers le porte transparente le jardin illuminé par le soleil. Quand elle entendit un "clic" au dessus d'elle, elle compris que sa maîtresse allait lui ouvrir. Elle leva la tête et jeta un regard reconnaissant à sa maîtresse. Celle-ci ne sembla pas la remarquer.
    Dès que la porte fut ouverte, elle fila donc à l'extérieur et huma le doux parfum des plantes du jardin.
    L'herbe du jardin lui chatouillait les coussinets.Elle leva une patte et les observa.Elle venait à peine de sortir et ils étaient déjà tout sales.
    Pépin les nettoya avec attention, ils avaient le goût de la terre. Elle alla boire dans le petit ruisseau qui coulait derrière les plantes.
    Près d'elle quelque chose de coloré attira son attention.
    Un papillon !
    La chatte se jeta sur lui. D'un battement d'aile, il l'esquiva, elle tomba à plat ventre. Frustrée,elle repartit à l'attaque. Encore une fois,il l'évita. Il était face à elle, alors, elle leva lentement une patte, l'avança vers lui, et d'un geste rapide elle tenta de s'en emparer. Malheureusement, il se décala et la petite chatte noire le ratta d'une épaisseur de griffe. Mais, elle refit volte-face et lui donna un coup de queue. Il chancela, puis se remit sur ses toutes petites pattes. Lorsqu'elle se redressa, l'insecte vint se poser sur son museau. En louchant, elle parvint a l'observer. Il la regardait de ses petits yeux. Sur sa tête, se trouver deux antennes ,et il avait un corps tout fin. Et sur ses ailes, on aurai dit des écailles de poisson.

    Bien décidée à l'attraper, elle leva une patte et l'attrapa.
    Dans un miaulement de victoire, elle le lâcha, et le regarda s'envoler.
    Soudain, son ventre gargouilla.
    Sa maîtresse lui avait servi de la pâté pour chat mais elle n'aimait pas ça.
    Ca faisait maintenant un an qu'elle vivait chez sa maîtresse et elle ne s'y était jamais habituée. Les chats du quartier ne la comprenaient pas. Elle, elle ne les comprenait pas.
    «Pffeu! disaient-ils. Pourquoi allez risquer d'aller chasser dans la forêt alors qu'on a tous ce qu'il nous faut ici ?»
    Comment pouvait-on abandonner une souris savoureuse pour des croquettes dures ?
    C'était absurde.
    Pépin adorait marcher sur le sol doux de la forêt et courir la truffe au vent !
    Elle se dirigea vers la forêt d'en face. Qu'allait-elle bien pouvoir manger?
    Une souris, un écureuil...?
    Ou un lapin !
    Ca à l'air tellement appétissant, pensa t-elle en se pourléchant les babines.
    Elle s'imagina planter ses crocs dans la chair tendre et savoureuse  du rongeur.
    Puis elle se rappela la dernière fois qu'elle avait essayer d'en attrapper un. Elle lui avait courut après mais il avait était tellement rapide qu'elle s'était laisser distancer en un rien de temps.
    Mais on avait bien le droit de rêver...
    Pépin avait pourtant de grandes et puissantes patte arrières, même si elle était petite, qui lui permettait de sautait dans les arbres pour attraper des écureuils. Elle manquait  juste de technique.
    Un miaulement dans le jardin voisin la tira de ses pensées. C'était son amie Genny. La jolie chatte brun clair se dirigeai vers elle. Elle aimait la démarche souple et familière de son amie.
    -Salut Pépin !
    -Salut Genny ! Tu viens avec moi, je vais chasser ? 
    Un miaulement derrière elles l'interrompit:
    -Pff ! Chasser... Vous n'êtes vraiment que des sauvages à Tête de Crème !
    Pépin se retourna : elle aperçut une chatte argenté au poil long. Furieuse elle répliqua:
    -Regarde toi ! A force de rester dormir et de manger des croquettes, tu grossis à vue d'œil.
    -Hé ! Moi je disais ça pour toi !
    -C'est ça, et les arbres ont des oreilles.
    -Ne fais pas attention à elle, dit Genny d'un ton doux. Mes maîtres sont allés la chercher avant hier, elle ne sait pas ce qu'elle dit. Elle s'apelle Lila. Elle se croit belle et meilleure en tout.
    Lila était réellement belle avec sa fourrure argentée. Mais loin d'être meilleure en tout.
    -Bon, on va chasser ? demanda Pépin pour changer de sujet.
    -Oui, avec plaisir ! Et au moins, je pourrais m'éloigner un peu d'elle !
    Pépin et Genny se rendirent dans la forêt.

    Plus tard, Pépin et Genny se retrouvèrent sous un Grand Chêne, leur Grand Chêne. Elles se partagèrent un écureil et une souris.
    -Euhm!C'est délicieux,s'exclama Genny.
    -Ca oui!répondit Pépin.Mais j'aimerai bien manger un lapin.
    -Ne t'inquiète,on arrivera bien a en attraper un,la rassura-t-elle en lui donnant un petit coup de patte sur l'oreille.Et je te parie qu'on y arrivera un ses jours!
    -Oui!Mais maintenant,montons dans le Grand Chêne.
    Pépin s'expulsa sur la premier branche continua jusqu'en haut et Genny la suivi. Soudain,ses griffes glicèrent et elle tomba sans avoir le temps de se rattraper.Heureusement,au passage,Genny  la rattrapa par la peau du coup.
    -Hait hattenhion,marmonna-t-elle les crocs toujours seraient.
    Elle releva légèrement la tête pour que Pépin puisse s'accrocher a la branche suivante.
    Lorsqu'elles arrivèrent,elles s'intallèrnt confortablemant et admirèrent le paysage.
    -Sa fait presque un an qu'on viens ici et j'aime toujours autant cette vu,s'exclama Genny.
    -En haut de se chêne l'aire sens la forêt,répondit Pépin.
    Le Grand Chêne se trouver au milieu de la forêt,loin de la ville.Le contour du tronc du chêne était entourer de ronces,de fougères et de bruyère.Sa devait être un abri idéal!
    Après avoir admirer cette vu un bon bout de temps,les deux chattes restèrent encore quelques instants avant de déscidé de redescendre.
    -Viens,fit Genny.Nous reviendrons au coucher du soleil.
    Genny descendit Pépin a sa suite.
    -Que veut tu faires?demanda la chatte brune.
    -Nous pourrions nous enfoncer un peu plus dans la forêt.Nous ne sommes jamais allez plus loin.
    -Tu ne croit pas que se serait dangereux.On pourrait tomber sur un loup,un renard,un ours,un blaireau...sa voit se brisa,elle trembla.
    -Se serait palpitant,non,répondit Pépin en se frottant contre sa camarade pour la réconforter.Je te protègerai.
    -Promi?
    -Promit,répondit Pépin d'un ton ferme.
    -Laisse moi quelques instant sil te pait.
    -D'accord.
    La chatte brune respira profondément.
    -Allons y,déclara-t-elle.
    Elle s'élança et Pépin la suivit de près.A chaque bruissement de feuilles,son amie tremblait.
    Les deux chattes filaient a toute allure entre les arbres.Pépin adorait sentire la mousse sous ses coussiner et le vent chaud d'été lui frôlant le pelage.Pour elle,il n'y avait pas meilleur endroit que la forêt,meilleur odeur que c'elle des grands arbres la forêt,ou meilleur liberté que c'elle d'un chat sauvage.
    Pépin pressa l'alure pour se retrouver a son niveau.
    -Viens,miaula t-elle a la chatte avant de la doubler et de s'enfoncer dans les fougères.
    Soudain,Pépin s'arrêta.Devant elle,se tener un chemin puant.C'était le genre de chemin qui se trouvait dans la ville.C'était tout gris,et quand on marchait trop longtemps dessus sa fesait mal au coussiners.Parfois,de drôle de créature roulente passer dessus,elles avaient un pelage étrange ,brillant,lisse.Et,il y avait toujours un maître a l'interieure.
    D'ailleurs,les maîtres appelaient se truc du genre"voissure".
    Aucune "voissure" n'était là.Pépin fit signe a Genny qu'elle pouvait traversait.Une fois dans la forêt,elles accélérèrent. 
    Pépin guettait le moindre signe du danger.Elle s'arrêtta pour humer l'aire.L'odeur d'un ours imprègner l'hatmosphère.Mais elle était ancienne.Elle observa un instant les lieux,tout était calme,paisible.On entendait que les oiseaux chanter.
    Pépin se retourna.Genny avait disparu!
    -Genny!s'écria t-elle.
    Elle dressa les oreilles mais n'entendit rien.
    La chatte regarda autour d'elle en espérant voir un signe de son amie.
    Genny!répéta-t-elle.
    Un petit miaulement aigue lui répondit:
    -Je suis là.
    Pépin suivi le miaulement et découvrie Genny  derrière un buissons de ronces.
    -Baisse toi,chuchota Genny.
    Pépin se tapit et s'approcha lentement.Quand elle leva la tête,elle aperçu une bande de félins.
    Soudain,un grand chat gris apparut.
    Il s'asseya au milieu de la bande.
    Soudain,une femelle gris perle vint,suivi de deux petits.
    En voyant les deux chaton,le visage du matou s'éclairçit.
    -Nos petits son magnifique,miaula-il.Comment veux-tu les appeler?
    La chatte grise les obsèrva un instant en train de se bagarrer.
    -Le plus foncer,c'est Bul.Et la petite chatte,c'est Cisse.
    -Ce sont des noms formidables.Il sont parfait.
    Le mâle gris lui lécha l'oreille.Ensuite,il s'éloigna légerment de sa partenaire pour allez observait ses petits qui s'amusaient a se bousculait.
    Soudain,le petit mâle vint le renifler:
    -Tu sens un peu comme moi.
    -C'est normal,je suis ton père,répondit le matou gris.
    -Ha,ouai?Alors tu veut bien me montrer quelque technique de combat?Regarde!
    Le chaton se jeta sur la fourure de son père,et grimpa tant bien que mal en enfonçant ses petites griffes.L'autre l'attrapa par la peau du coup et le reposa au sol avec douceur,en miaulant:
    -Quand tu seras un peu plus grands,je te montrerai tout se que je sais faire,en attendant,profites de ta jeunesse.
    Il a des paroles bien sage,pensa Pépin,admirative.Je me demande comment je m'en sortirait si j'avais des chatons?
    -Loc!appela la chatte gris clair.pourrait-tu allez chasser?demanda-t-elle.Je vais leur faire gouter la viande.
    Bien sur, répondit-il en fonçant vers Genny et Pépin.
    Pépin se jeta sur Genny et la fit rouler dans les fougères.Elles évitèrent le matou de très peu.
    -Hé!Tu es folle ou quoi?
    -Viens filons,lança t-elle en attrapant son amie par la peau du coup.
    -Mais je veux écouter la suite,répliqua-t-elle en se dégageant.
    -On reviendra un autre jour,répondit Pépin.Il faut qu'on parte avant que quelqu'un nous remarque.
    -D'accord,fit Genny a contre-coeur.
    Toute deux firent demi-tour.Dès qu'elle aperçus le Grand Chêne Pépin préssa l'alure.Au pied du Grand Chêne elle attendit Genny.Quand celle ci arriva Pépin s'arrêta.
    -Tu viens,lança t-elle a son amie.On monte dans le Grand Chêne voir le coucher du soleil?
    -Oui,je te suis.



    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :